7 choses à savoir sur le REER

  • Post category:Finance
  • Post author:

Rien de mieux que le printemps pour parler REER, alors que tous les autres ont la tête aux vacances.

Vous savez que vous devez mettre de l’argent dans votre REER, mais que savez vraiment sur le sujet?


Le régime enregistré d’épargne-retraite (REER) a été créé il y a maintenant 62 ans et il est depuis devenu le compte de placement de choix de nombreux épargnants québécois. 

Bien que beaucoup de choses aient changé depuis 1957, le REER est resté essentiellement le même. Les Québécois versent de l’argent dans le régime, bénéficient d’une déduction fiscale, puis paient de l’impôt sur leurs économies au moment de leur retrait. C’est si simple. 

Cependant, avec un sondage Angus Reid de janvier 2018 selon lequel seulement 51% des personnes considèrent le REER comme l’une de leurs principales sources de revenu de retraite, les investisseurs pourraient actualiser le fonctionnement de ce compte et expliquer pourquoi il constitue un puissant outil d’épargne. 

L’argent croît en franchise d’impôt 

La principale raison pour laquelle les gens utilisent le REER est que toute somme dans le compte peut fructifier en franchise d’impôt. Bien que vous deviez payer à l’Agence du revenu du Canada ainsi qu’à Revenu Québec lors de votre retrait, des décennies de report d’impôt peuvent donner un coup de fouet à votre épargne.

Essentiellement, vos dollars sont en mesure d’être composés, année après année, à un taux potentiellement plus élevé que si vous investissiez dans un compte non enregistré. Puisqu’il n’y a pas d’impôts à payer, vous pouvez vendre, par exemple, un titre hautement performant, puis réinvestir le montant total dans un autre produit. 

Voici comment cela pourrait ressembler à quelqu’un qui a un revenu imposable de 150 000 $. Si la valeur actuelle de votre REER est de 100 000 $ et que vous l’augmentez de 5 000 $ chaque année au cours des 25 prochaines années et que vous réalisez un taux de rendement de 5% sur vos investissements, vous disposerez de 589 203 $ avant impôt d’ici 2044. Si vous le faites la même chose dans un compte non enregistré et que 30% de vos fonds sont en titres productifs de revenus, 30% en titres de dividendes et le reste en actions productrices de gains en capital, vous obtiendrez 415 786 $. 

De toute évidence, le report de l’impôt et la composition de vos déclarations sans impôt présentent de gros avantages. 

Réduisez votre revenu imposable 

L’autre avantage est que les cotisations réduisent votre revenu imposable. C’est pourquoi vous pouvez recevoir un remboursement d’impôt – puisque vous devez maintenant moins, vous récupérerez une partie de l’argent que vous avez déjà payé via votre lieu de travail. (Ou si vous êtes propriétaire d’une entreprise, vous devrez payer moins que ce que vous auriez autrement fait.) 

Cependant, le REER fonctionnent mieux lorsque vous cotisez au cours de vos années de revenus élevés, puis que vous vous retirez à la retraite, lorsque vous vous trouvez dans une tranche d’imposition inférieure. Si vous êtes dans une tranche aussi élevée de retraite que lorsque vous cotisez, vous devriez me contacter pour savoir comment vous pouvez réduire votre impact fiscal. 


Économisez plus dans un REER 

Malgré tout, même si vous êtes destiné à payer des impôts plus élevés toute votre vie, le REER en vaut la peine. L’alternative est un compte d’épargne libre d’impôt (CELI) qui vous permet de cotiser jusqu’à concurrence du maximum autorisé, peu importe le montant de vos revenus. Le programme CELI a débuté en 2009 avec une limite de cotisation de 5 000 $ par année pour chaque année de 2009 à 2012; 5 500 $ pour 2013 et 2014, 10 000 $ pour 2015 et 5 500 $ pour chaque année de 2016 à 2018. Le plafond des contributions pour 2019 est de 6 000 $. Ceux qui gagnent plus de 150 000 $ par année pourront mettre 26 500 $ dans un REER en 2019 – dans ce cas, il reste encore quatre fois plus de place dans un REER qu’un CELI.

Éviter les retenues d’impôt 

Autre chose à savoir: les investisseurs sont exemptés de la retenue à la source de 15% sur les dividendes et les intérêts américains et étrangers. Ce n’est pas le cas du CELI, qui n’est pas reconnu comme un compte à l’abri de l’impôt par des pays étrangers. Autrement dit, il peut être avantageux de conserver vos titres américains dans un REER plutôt que dans un CELI ou un compte imposable.

Rappelez-vous le FERR

En ce qui concerne le retrait, vous devez convertir votre REER en un produit de revenu dans l’année où vous atteignez 71 ans. Vous pouvez le convertir en espèces, mais la plupart des gens choisissent de convertir leur REER en un fonds enregistré de revenu de retraite (FERR). Une fois la conversion effectuée, vous devrez retirer chaque année un certain pourcentage d’argent de votre compte. Par exemple, à 72 ans, la première année où vous devez vous retirer, vous devez retirer au moins 5,40% de ce que vous avez économisé. 


Considérer les récupérations 

Il ne faut pas oublier non plus que les retraits de REER et de FERR sont considérés comme un revenu. Si votre revenu total, y compris les retraits de FERR, se situe entre 77 580 $ et 125 696 $, vos prestations de sécurité de la vieillesse commenceront à être récupérées. 

Vos versements de Supplément de revenu garanti (SRG) pourraient également être touchés. Si vous êtes un aîné célibataire, que vous recevez une pension complète de la SV et que votre salaire dépasse 18 240 $ par an, il est possible que vous ne receviez aucun versement du SRG. Si vous êtes marié et que votre conjoint reçoit une pension complète de la SV, vos versements du SRG pourraient être interrompus si vous gagnez plus de 24 096 $ par an. Si vous êtes une personne fortunée, alors tout ira bien, mais c’est une chose à laquelle réfléchir.

Une façon d’éviter les récupérations consiste à étaler vos retraits dans le temps afin de rester dans la tranche d’imposition la plus basse. Cependant, si vous convertissez un REER important en FERR, vos retraits minimums élevés peuvent vous empêcher d’utiliser cette stratégie. 

Rééquilibrer en franchise d’impôt

Il est toujours judicieux de rééquilibrer périodiquement vos actifs – les mouvements du marché peuvent pousser votre allocation en actions plus haut que vous le souhaitez, ou inversement. Heureusement, avec un REER, vous pouvez ajuster votre composition d’actifs sans avoir à vous soucier de payer des gains en capital sur la vente d’un avoir, ce qui facilite le rééquilibrage. Cependant, rappelez-vous que vous ne pouvez pas réclamer de pertes en capital si vous vendez des titres sous-performants. 

Aussi facile à utiliser que puisse être le REER, vous pouvez encore en faire beaucoup plus du point de vue de l’investissement et de la planification financière. Il est donc toujours bon d’obtenir des conseils d’un planificateur financier. Six décennies plus tard, le REER demeure l’un des meilleurs instruments d’épargne.

Pour savoir si vous êtes sur la bonne voie, rien de plus simple. Débutez votre planification financière dans le confort de votre foyer à l’aide du formulaire suivant.

Commentaires

Commentaires

Partager ce contenu